Avertir le modérateur

vendredi, 15 avril 2011

Marie-Antoinette – Stefan Zweig

Marie-Antoinette.jpgPour une fois, voici un livre que j'ai choisi seule, et pas parce que truc et machin ont dit que c'était super ou que Cosmo le classait dans les inratables du printemps. Ce qui ne m'empêchait pas d'avoir à son égard, avant même d'en démarrer la lecture, un double a priori positif et une réserve (je sais, j'ai toujours un avis sur tout...).

Pour tous ceux qui connaissent bien son œuvre, ce que je vais écrire revient certainement à enfoncer une porte (grande) ouverte. Mais pour moi, qui ai découvert Stefan Zweig sur le tard, je dois dire qu'il s'est imposé à mes yeux, en un seul roman, comme un écrivain rare, dont la force réside tant dans son indéniable talent de conteur que dans son profond humanisme, qui asperge chacune des phrases qu'il écrit. Après avoir lu deux romans (Le Monde d'hier et Vingt-quatre heures de la vie d'une femme), je voulais absolument lire une des biographies de Stefan Zweig, qui constituent une part importante de son travail. Mon choix s'est porté très rapidement sur Marie-Antoinette, probablement à cause d'une espèce de fascination morbide pour sa fin tragique.

J'avais toutefois une réserve dans la mesure où, ne découvrant pas l'auteur, je connaissais son style si riche qu'il en devient parfois complexe, sa minutie si poussée qu'elle peut apparaître rigide. Et je craignais que, confronté à l'exercice précis - parce qu'historique - de la biographie, ce style ne devienne trop complexe, du genre si tu rates une ligne il faut recommencer tout le chapitre !

Finalement, contrairement à ce que j'avais craint, Marie-Antoinette s'est avéré être l'ouvrage de Stefan Zweig offrant la lecture la plus aisée, le style le plus fluide. D'une précision historique inégalée (après avoir réuni toutes les archives et documents disponibles sur le sujet, Stefan Zweig a scrupuleusement écarté tous les documents sujets à caution et d'origine incertaine pour ne se baser que sur les faits), Marie-Antoinette réussit la prouesse de transformer une biographie historique en un roman palpitant. On s'attend à découvrir les heurs et malheurs d'une reine froide et capricieuse qui serait depuis longtemps oubliée si sa mort ne restait pas un symbole de la chute de l'Ancien régime, et on est happé par l'histoire d'un personnage complexe, appelé trop tôt à des fonctions trop hautes, mariée sans amour à un homme mou et indécis. Refusant d'adhérer aux thèses partiales, qu'elles soient révolutionnaires ou royalistes, refusant la sacralisation autant que la diabolisation, Stefan Zweig livre le portrait sincère et rigoureux d'une reine qui fût avant tout une femme, et qui, comme toutes femmes, a commis de nombreux faux pas, mais qui, comme très peu d'entre elles, les a vu commentés, disséqués, amplifiés, raillés par la France entière.

Fresque historique, analyse psychologique, peinture sociale... si Marie-Antoinette est tout ça à la fois, c'est aussi et surtout un roman fascinant, une histoire troublante et enrichissante qui poursuit le lecteur longtemps après qu'il en a lu les dernières lignes. Peut-être parce que tout est vrai ?

Commentaires

J'aime beaucoup Stefan Zweig. Un grand écrivain !

Écrit par : Anouchka | vendredi, 15 avril 2011

Anouchka : j'adhère ! Et Marie-Antoinette est une très grande oeuvre !

Écrit par : Mélanie | vendredi, 15 avril 2011

De Zweig, je n'ai lu que le Joueur d'échecs mais ses biographies et celle-ci en particulier me tente beaucoup.

Écrit par : zarline | vendredi, 15 avril 2011

je t aime

Écrit par : fourgous | vendredi, 15 avril 2011

@Zarline : je n'ai pas lu "Le Joueur d'échecs", mais je sais que je dois le faire. Et côté biographies, "Mary Stuart" me fait de l'œil.
@Nicolas : moi aussi !

Écrit par : fourgous | vendredi, 15 avril 2011

J'avais bien aimé celui-la, je te conseille Mary Stuart encore mieux!

Écrit par : readpocket | samedi, 16 avril 2011

bonjour,
je le regarderais et même le lirais, s'il me tombait sous les yeux, non à cause du sujet, ou de la sujette, assez peu sympathique à mes yeux, mais pour l'auteur que j'apprécie beaucoup,

- tout en restant réservé sur son côté victimaire, que j'ai du mal à comprendre.

Écrit par : rotko | samedi, 16 avril 2011

@Readpocket : quand je me suis décidée à lire Marie-Antoinette, j'ai longuement hésité avec Mary Stuart, que je vais lire très prochainement.

@Rotko : Stefan Zweig ne la dépeint pas comme une victime, loin s'en faut. Mais il ne cède pas non plus à la facilité de la diabolisation. Subtil équilibre...

Écrit par : Mélanie | samedi, 16 avril 2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu