Avertir le modérateur

vendredi, 01 avril 2011

Urban rivals - Tourriol, Zucchi et Vigneau

urban-rivals-tome-1-cover.jpgSi vous avez des ados "gamers" dans votre entourage, ne cherchez plus, cette BD est faite pour eux.

Avis aux fans de MMOG (massively multipayer online game) qui ont joué à Urban rivals en ligne !

Autant le dire d'emblée, je ne suis pas trop la cible...

Mais mon frère, qui n'est pourtant plus vraiment un ado, l'a trouvée super. Il est de la génération des gamers qui ont joué des nuits entières à Dark Age of Camelot et Asheron's Call (je pense que ça marche aussi pour ceux qui jouent à World of Warcraft ! ).

Car Urban rivals, c'est d'abord un jeu en ligne, avec 14 millions de joueurs dans le monde. Je vous laisse imaginer : des clans, des combats de rue, des gentils, des méchants, une bonne dose de violence mais aussi des valeurs positives (on est du côté des gentils, hein).

Moi qui n'ai jamais joué à ce jeu, j'ai pourtant passé un bon moment. Pas inoubliable, certes. L'intrigue n'est pas fulgurante, mais le personnage principal, Scott (un ado) est attachant. On évolue avec lui dans Clint City, une ville à la Sin City, infestée de voyous de tous calibres. La fin appelle un deuxième tome, évidemment, mais cette fois-ci je passerai mon tour.

Par contre faites attention, mon fils de 3 ans est tombé sur la couverture et il en a fait des cauchemars ! C'est vrai qu'elle fait un peu penser à Orange mécanique...

Merci à @tourriol de m'avoir fait décrouvrir ce nouvel univers !

Écrit par Marie-Adélaïde Gervis dans BD, Littérature jeunesse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : kantik, tourriol, zucchi, vigneau, urban rivals, jeunesse, ados, jeux vidéo, mmog, réseau, combats |

lundi, 28 février 2011

La Théorie de la contorsion – Margaux Motin

LA THEORIE DE LA CONTORSION.jpgMargaux, c’est la femme que j’aurais voulu être… et que j’ai toutes les chances de devenir :

  • une artiste qui travaille en free lance (je persévère dans la douleur),
  • une mère (je compte bien faire le nécessaire),
  • une accro à la mode (elle est mon maître niveau chaussures, on pourrait échanger des tuyaux côté fringues),
  • une fan de rap (nous n’apprécions que les bons sons),
  • une femme « libre d’être toutes les femmes qu’elle a envie d’être, même celles auxquelles elle n’a pas encore pensé » (je suis une femme aux mille facettes) !

Vous l’aurez compris, j’ai trouvé La Théorie de la contorsion aussi caustique et succulent que le précédent opus, J’aurais adoré être ethnologue.

Comme toujours avec les livres d’illustration, le plaisir a été de courte durée (un trajet de bus et puis s’en va), mais je me console en pensant qu’il sera aisément renouvelable (contrairement à Guerre et paix que je peux difficilement relire tous les jours...).

Et même si je connaissais déjà de nombreux dessins (précédemment découverts sur le blog de Margaux), j’ai autant ri qu’à la première lecture. Sans compter les inédits, largement représentés au fil des pages… Le livre permet de les conserver (et les consulter) dans un bel objet.

Merci Noémie pour ce cadeau qui me ressemble !

Impressions de Marie-Adélaïde :

Comme Tamara, j'ai adoré cet opus. Aussitôt acheté, aussitôt dévoré ! Et maintenant prêté à ma soeur, à ma maman... même Monsieur-mon-mari l'a lu et apprécié.

Les pages sur sa fille (elle a 4-5 ans ?) sont particulièrement savoureuses. J'y ai retrouvé tellement de situations dans lesquelles je me suis retrouvée... Margaux Motin est une femme d'aujourd'hui et ça fait du bien.

Alors entre son humour détonant, son style accrocheur, son dessin poétique et sa mise en scène haute en couleurs, si vous ne l'avez pas encore lu : foncez !

Écrit par Tamara Writes dans BD | Lien permanent | Commentaires (27) | Tags : margaux motin, marabout, femme, humour, illustrations |

lundi, 21 février 2011

Quai d'Orsay - Blain & Lanzac

quai d'orsay.jpgCes chroniques diplomatiques en BD sont vraiment très réussies.

Y sont croquées les coulisses du ministère des affaires étrangères sous Alexandre Taillard de Vorms, largement inspiré de Dominique de Villepin, que l'on reconnait d'ailleurs immédiatement. L'allure haute, l'oeil rivé à l'horizon, un livre à la main et de la fumée qui sort des oreilles, il est comme le penseur virevoltant autour duquel tous s'affairent (et s'épuisent). 

L'histoire n'a pas d'enjeu particulier. On suit les débuts difficiles d'un jeune conseiller du Ministre, Arthur Vlaminck. Avec lui, on découvre tout ce qui fait de ce ministère un monde à part, avec ses propres codes, où les conseillers se font des crasses car "ici c'est comme ça qu'on fait l'amour, tu verras tu y prendras goût aussi".

Si en soit chaque bulle ou chaque planche ne provoque pas l'admiration immédiate, le style est emphatique, le trait est imagé. Les émotions et sensations des personnages sont palpables. Les dialogues sont bons. On est embarqué !   

Les arcanes de la diplomatie ne me sont pas particulièrement familières, et j'ai un peu eu le sentiment de m'être retrouvée dans la version BD de The West Wing. Tout est en ébullition 24h/24, on enchaine les discours à écrire, les coups bas, les scandales, les nuits blanches, les crises majeures et les blagues vaseuses.

Bref, le tome 2 devrait sortir au printemps, je l'attends.

Un extrait pour l'ambiance :

491925_quai-d-orsay-par-blain-et-lanzac.jpg
Extrait de Quai d'Orsay
© Blain - Lanzac - Dargaud

lundi, 17 janvier 2011

Cadavre exquis - Pénélope Bagieu

cadavre-exquis-penelope-bagieu2.jpgJ'avais un peu déserté les rayons BD ces dernières années, mais 2011 promet un retour en force ! Après les Joséphine, je viens donc de m'offrir le petit dernier de Pénélope Bagieu.

L'humour et l'ironie, qui sont vraiment sa marque de fabrique, se font ici plus subtils. Cela m'a d'ailleurs un peu déroutée au départ, j'attendais de retrouver ce que je connaissais d'elle (et de son blog notamment). Mais non, il s'agit bien là d'une création à part entière, avec son existence propre.

L'intrigue se déroule en huis clos, dans l'appartement d'un écrivain en mal d'inspiration. La jolie mais paumée Zoé va lui insuffler la vie qui lui manquait, comme lui même va apporter à la jeune fille la sécurité qui lui faisait défaut. Mais tout n'est pas si simple, et un secret va être dévoilé...

On s'amuse bien à lire ce récit, mais encore plus à le relire en réalité. J'affectionne particulièrement le trait de la dessinatrice, qui exprime tellement sans avoir forcément besoin de mettre des bulles. Elle a le sens de "la situation". Bref, un bon achat, et une bonne BD à ressortir avec un thé les jours de pluie.

Écrit par Marie-Adélaïde Gervis dans BD, Humour, Policier | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : pénélope bagieu, joséphine, dessinateur, humour, paris, écrivain, bayou, gallimard |

lundi, 10 janvier 2011

Coney Island Baby – Nine Antico

couverture-coney-island-baby.jpgConey Island Baby c'est l'histoire de deux jeunes filles qui souhaitent intégrer l'équipe de playmates de Hugues Hefner, le créateur de Playboy. Pour qu'elles prennent leur décision en connaissance de cause, il les emmène sur les traces de Betty Page, célèbre pin-up des années 50, et de Linda Lovelace, héroïne du très connu film X Gorge profonde (sorti dans les années 70). Cette B.D. raconte donc la vie des deux icônes.

Je dois dire que sans trop les connaître, ces femmes étaient pour moi un symbole assez fort de la « libération sexuelle ». Elles y ont sans aucun doute contribué, mais les vies de Betty Page et Linda Lovelace ne me font plus rêver.

Si Betty semblait contrôler ce qu'elle faisait, son rêve était d'être une actrice hollywoodienne. Elle a fini seule, ultra religieuse et schizophrène. Quant à Linda, elle était clairement abusée par son mari.

Coney Island Baby n'est pas une simple biographie. Au contraire le récit est bien ancré dans le présent et joue avec les flashbacks sans pour autant en rendre la lecture fastidieuse. C'est évidemment très bien mis en page et Nine Antico nous interroge : qu'est ce qui pousse des jeunes filles à devenir playmates ? Comment peut-on bien gérer sur le long terme un statut d'icône sexuelle ?

Même si la lecture de cet album m'a collé un bon gros spleen, je la conseille vivement.

Pour finir ce billet, je ne vous mettrais pas la chanson de Lou Reed dont est tiré le titre mais cette vidéo du groupe Poni Hoax sur laquelle j'étais tombée il y a 2/3 semaines avant de lire Coney Island Baby...

Écrit par Noémie dans BD | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : bd, nine antico, l'association, betty page, hugues hefner, linda lovelace |

vendredi, 07 janvier 2011

Grosse colère - Mireille d'Allancé

grosse colère.gifMon petit chat n°1 a reçu ce livre pour Noël. Et depuis, on le lit tous les jours, à sa demande, plusieurs fois par jour...

Cette courte histoire illustrée est une petite merveille d'éducation au service des parents qui cherchent à gérer les petites crises de leurs enfants, et au service des enfants eux-mêmes qui ne parviennent pas à exprimer ce qu'ils ressentent lorsqu'ils sont en colère.

C'est l'histoire de Robert (4-5 ans j'imagine) qui a passé "une très mauvaise journée" et qui passe ses nerfs sur son papa. Puni dans sa chambre, il va laisser s'exprimer sa colère, une grosse chose rouge qui va abimer tout ce qui lui tombe sous la main. Au fur et à mesure des exactions de "la Chose", Robert va se désolidariser de la colère et lui ordonner de se calmer, pour enfin réparer lui-même les dégâts. En dissociant la colère, qui devient un personnage à part entière, du petit garçon, l'auteure permet aux enfants de mieux appréhender ce qu'ils ressentent. Ils peuvent alors comprendre qu'une même personne n'est pas forcément gentille ou méchante de façon linéaire, mais passe par différentes humeurs qu'il faut savoir maîtriser.

En tous cas, gros succès chez moi, petit chat en redemande. Et chez vous, qu'est ce qui marche ?

Écrit par Marie-Adélaïde Gervis dans BD, Littérature jeunesse, Puériculture | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : mireille d'allancé, l'école des loisirs, éducation, enfance, jeunesse |

vendredi, 17 décembre 2010

Aya de Yopougon, Tome 6 - Marguerite Abouet et Clément Oubrerie

Aya de Yopougon Tome 6.jpgEt de six ! Marguerite Abouet et Clément Oubrerie viennent de publier le sixième tome des aventures d’Aya, une brillante étudiante en médecine qui vit à Abidjan, dans le quartier populaire de Yopougon.

Comme toujours, j’ai lu cette bande-dessinée avec le sourire aux lèvres, notamment en raison du vocabulaire imagé et décalé du français ivoirien. Entre les termes fraîches gos (ou freshies), pour désigner les « jolies filles », ou encore l’expression ton dos est glacé (« tu te prends pour qui ? »), il y a de quoi y perdre son ivoirien. Que les non initiés ne s’effraient pas : on retrouve un lexique à la fin de chaque volume.

Outre l’humour et le voyage dans l’espace, Aya offre également un voyage dans le temps. Le récit se déroule dans les années 70, une période où il faisait bon vivre en Côte d’Ivoire, le pays étant alors symbole de prospérité et de stabilité. Ainsi, on perçoit entre les bulles une note de nostalgie, loin des affrontements actuels entre les militants de Laurent Gbagbo et ceux d’Alassane Ouattara.

La chronique sociale reste en effet très présente, puisque Aya permet de découvrir le quotidien des ivoiriens à partir de trois points de vue : celui d’Aya et de son entourage, qui n’ont jamais quitté le pays ; celui d’un ivoirien de retour en Côte d’Ivoire, qui tente désespérément d’abuser de la crédulité de certains de ses concitoyens après son « expérience française » ; et celui d’un ivoirien installé à Paris, qui découvre petit à petit que l’Eldorado français n’existe pas.

Enfin, je pense qu’une BD française qui raconte l’Afrique avec un ton aussi juste mérite qu’on s’y attarde quelque peu.

Écrit par Tamara Writes dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : marguerite abouet, clément oubrerie, côte d'ivoire, yopoungon, gallimard |

samedi, 25 septembre 2010

Joséphine 3, change de camp - Pénélope Bagieu

Ce billet est désormais disponible sur la nouvelle adresse du blog : http://www.lectricesandthecity.fr/josephine-3-change-de-c...josephine-3.jpg

Écrit par Marie-Adélaïde Gervis dans BD, Humour | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : pénélope bagieu, jean-claude gawsewitch editeur, femmes, humour |

dimanche, 01 août 2010

Aya de Yopougon met la B.D. au pas ivoirien - Marguerite Abouet et Clément Oubrerie

Aya.jpgEn dépit d’une excellente culture générale, je manque cruellement de connaissances en matière de bande dessinée. Aussi loin que je me souvienne, j’ai du lire deux Tintin et autant d’Astérix. A l’heure actuelle, les trois albums qui ornent les rayons de ma bibliothèque sont des cadeaux offerts au fil du temps. Alors pourquoi avoir acheté et dévoré les trois volumes de Aya de Yopougon ? Sans doute parce qu’il s’agit de l’une des rares bandes dessinées françaises qui mette en scène le quotidien de noirs qui vivent en Afrique.

En effet, Aya (l’héroïne) et ses deux amies vivent à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan. Les aspects de leur vie quotidienne sont croqués dans les détails : sorties, études, soucis financiers, situation de la femme et surtout histoires de cœurs tellement semblables aux nôtres.

Pour ceux qui comme moi connaissent Abidjan, Aya rappellera nombreux souvenirs, car la B.D. traduit littéralement l’atmosphère de la cité ivoirienne. Les autres découvriront une population hétéroclite, avec ses codes, ses us et coutumes et ses tournures linguistiques bien typiques. Sans oublier les mille et unes expressions de l’humour ivoirien : les situations les plus rocambolesques s’enchaînent sans relâche.

A la fin de chaque ouvrage, l’auteur a ajouté un « Bonus ivoirien ». Ces quelques pages contiennent un lexique, des recettes de cuisine et des conseils très précieux : comment nouer son pagne, bien rouler des fesses ou encore mettre son enfant au dos.

Finalement, de Paris à Yopougon, il n’y a pas de grande différence hormis la couleur de peau.

Aya de Yopoungon, de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie, Gallimard (volumes 1 à 5)

Écrit par Tamara Writes dans BD | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : b.d., bande dessinée, clément oubrerie, côte d'ivoire, marguerite abouet, gallimard |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu