Avertir le modérateur

vendredi, 14 octobre 2011

Résultats du concours Jesse Kellerman

Les 5 gagnants des livres Jusqu'à la folie dédicacés par Jesse Kellerman ont été désignés !

résultat,concours,palmarès,jesse kellerman,éditions des deux terresA la question "quel est le personnage de polar qui vous a fait le plus peur ?", nous avons eu droit à des réponses aussi diverses que : Sherlock HolmesDiane Downsle clown de Stephen KingDaniel Clay le pédopsychiatre dans La proie des ombres de John Connolly, les personnages de Fred Vargas, le taxidermiste de La chambre des morts de Frank Thilliez, les personnages d'Elizabeth GeorgeSqweegel, le personnage de Level 26 de Anthony E. Zuiker, le chirurgien Richard Lafargue dans Mygale, le méchant dans Deuil de Miel de Frank Thilliez, le serial-killer Patrick Bateman d'American Psycho de Bret Easton Ellis, Bic de Nous n'irons plus au bois de Mary Higgins Clark, le méchant dans La chambre des curiosités de Douglas Preston, le personnage du Chuchoteur de Donato CarrisiLeland Gaunt dans Bazaar de Stephen KingThomas Bishop dans Au delà du Mal de Shane Stevens, mais le grand favori reste sans conteste Hannibal Lecter dans Le silence des agneaux de Thomas Harris.

Sans plus attendre, voici la liste des 5 gagnants (tirage au sort réalisé via Randomizer sous contrôle de Monsieur-mon-mari) :

  1. mamanjuju
  2. severine2111
  3. Pascale
  4. D.
  5. Keslass
A chacun(e) de me communiquer son adresse postale et le nom à faire figurer dans la dédicace à nous@lectricesandthecity.fr
 
Bravo à eux et merci aux Editions des deux Terres

Écrit par Tamara Writes dans Challenges, concours & Tags | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : résultat, concours, palmarès, jesse kellerman, éditions des deux terres |

mercredi, 12 octobre 2011

Dîner de lectrices au Mama Shelter

dîner, lectrices, mama shelter, restaurantDîner de rentrée pour les Lectrices and the City ! L’idée était de se faire plaisir, nous avions donc rendez-vous au Mama Shelter. Vous savez, cet hôtel restaurant entièrement décoré par Philippe Starck tout à l’Est de Paris. Et comme c’était encore l’été, nous avons même eu le luxe de dîner en terrasse.

Dans un cadre so chic, c’est au champagne que le dîner a commencé. Et oui vous comprenez nous avions deux choses à fêter : l’anniversaire de Mélanie et le nouveau job de Marie-Adélaïde. Du coup on s’est beaucoup raconté nos vies mais nous avons quand même parlé du blog :

  • l’occasion de faire un point sur la parution des billets. Nous sommes toutes très prises par le temps en ce moment, il faut donc bien s’organiser pour tenir le rythme des parutions bi-hebdomadaires !
  • nous avons aussi validé une toute nouvelle rubrique brillamment inaugurée par Marie-Adélaîde ici et ici : les interviews d’auteurs

dîner, lectrices, mama shelter, restaurant

Les lectrices notent le Mama Shelter :

- Marie-Adélaïde : 4/5 parce que des coquillettes-jambon-fromage qui font oublier leur prix indécent, c'est du grand art.

- Mélanie : 4,5/5 parce que c'est aussi beau que bon, et que, pour avoir goûté à tous les plats sur la table, ce n'est pas parce que j'ai bien choisi ! C'est vrai c'est un poil cher, mais comme je vis au-dessus de mes moyens...

- Tamara : 4/5, car il ne faut jamais mettre 5/5, il y a toujours une marge d'amélioration. Le prix, sans doute.

- Noémie : 4/5 pour le cadre vraiment sympa et les portions ultra généreuses ce qui est plutôt rare à Paris.

Mama Shelter : 109 rue de Bagnolet 75020 Paris – ouvert tous les jours midi et soir – Tél : 01 43 48 48 48 - www.mamashelter.com

Écrit par Tamara Writes dans Nos vies de Lectrices, Restaurants | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : dîner, lectrices, mama shelter, restaurant |

lundi, 10 octobre 2011

Contes à aimer, Contes à s'aimer - Jacques Salomé

book_cover_contes_a_aimer,_contes_a_s_aimer_8836_250_400.jpgUne amie m'a beaucoup parlé de Contes à guérir, Contes à grandir de Jacques Salomé, psychosociologue, qu'elle avait adoré. Des histoires très courtes qui mettent le doigt sur les difficultés et les étapes de l'enfance et de l'adolescence. 

Mais mon amie ne l'avait plus sous la main alors elle m'a prêté le deuxième ouvrage de cette série : Contes à aimer, Contes à s'aimer, qui concerne l'âge adulte. J'ai néanmoins plus feuilleté ce livre que je ne l'ai lu, je l'avoue. Il est composé de 80 contes de deux ou trois pages chacun. Des récits très courts, parfois oniriques.


Ces contes mettent en scène des humains comme des animaux... c'est un peu la rencontre entre les frères Grimm, Freud et La Fontaine ! Ils mettent en mots simples des préoccupations contemporaines (la maladie, l'affirmation de soi, les relations parents-enfants, etc.) auxquelles nous sommes fréquemment confrontés, et mettent en scène des émotions parfois refoulées (amour, jalousie, peur, tristesse, etc.). Ils nous libèrent. C'est la guérison par association d'idées : ce qu'on lit nous pénètre, nous fait réfléchir petit à petit. Les contes permettent souvent de mettre des mots sur l'indicible et le tabou, d'éclairer d'une lumière nouvelle nos ressentis brouillons via l'histoire d'autres (réels ou fictifs) qui nous apprennent sur nous-mêmes, parce qu'ils nous font réagir.


Certains contes m'ont interpellée, mais d'autres m'ont complètement laissée de marbre. Du coup je suis un peu dubitative. Je pense qu'il aurait peut être fallu que je le garde chez moi plus longtemps, que je le feuillète régulièrement, petit à petit. Car à vouloir "l'avaler" d'un coup, je crois que je me suis anesthésié l'esprit...

Et vous, avez-vous des recommandations de contes à lire une fois adulte ?

Écrit par Tamara Writes dans Fantastique, Nouvelles, Philosophie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : albin michel, jacques salomé, contes, guérir, psychiatre, analyse |

vendredi, 07 octobre 2011

Gagnez des exemplaires de "Jusqu'à la folie" dédicacés par Jesse Kellerman

gagner livre jesse kellerman concoursOyez oyez, l'heure du concours a sonné !

En partenariat avec les Editions des deux terres, nous vous proposons de gagner plusieurs exemplaires dédicacés du dernier roman de Jesse Kellerman Jusqu'à la folie... qui vient tout juste de sortir. Alors si vous avez aimé Les Visages comme nous, tentez votre chance !

>>> Pour participer, dites-nous en commentaire quel est le personnage de polar qui vous a fait le plus peur. Brrrr... ça promet !

Nous procèderons ensuite à un tirage au sort, et 5 gagnant(e)s seront désigné(e)s. Fin du concours le mercredi 12 octobre à minuit. Les résultats seront annoncés dans le billet du vendredi 14 octobre 2011.

Crédit photo 123RF.

Souvenez-vous : Jesse Kellerman, l'auteur de polar tout à fait fréquentable que nous avons interviewé...

Alors à vos claviers !  

Écrit par Tamara Writes dans Challenges, concours & Tags | Lien permanent | Commentaires (26) | Tags : jesse kellerman, concours, gagner, livre, gratuit, dédicace |

mercredi, 05 octobre 2011

Le Top 4 du mois de septembre 2011 !

top,best of,bestseller,sélection,rentrée littéraire

Après des vacances sans top (mais pas sans beaux souvenirs ! Ah... les lectures de notre enfance et de notre adolescence), nous reprenons nos bonnes habitudes. Voici donc les lectures que nous avons préférées en ce mois de (dure ?) rentrée : 

Tamara

La Solitude des nombres premiers - Paolo Giordano

 

Marie-Adélaïde

La Couleur des sentiments - Kathryn Stockett

 

Noémie

Long Week-end - Joyce Maynard

 

Mélanie

Les Mystères de Paris - Eugène Sue

 

Solitude... sentiments... week-end... mystères... cette rentrée est bien étrange indeed !

Écrit par Tamara Writes dans 1, 2, 3, 4 : Coups de coeur ! | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : top, best of, bestseller, sélection, rentrée littéraire |

lundi, 03 octobre 2011

Le Crépuscule des superhéros – Deborah Eisenberg

deborah eisenberg,points,new-york,etats-unis,nouvelles,société,portraitsVoilà un livre que j’ai entamé dans de mauvaises conditions. La mention « Nouvelles » était si discrète (sur la 4ème de couverture) que je ne l’ai remarquée tardivement. J’ai du revenir plusieurs fois sur les deux premières histoires (que je croyais être des chapitres) pour m’assurer que je n’avais pas sauté de pages.

Une fois que je me suis habituée à la forme, je n’ai pas accroché avec les différents personnages. Ils semblent tous condamnés à la dépression éternelle, telle une peine incompressible infligée à la société américaine depuis le 11 septembre.

Je n’ai pas aimé la « morale » du Crépuscule des superhéros : l’auteure, Deborah Eisenberg, laisse à penser que les superhéros n’existent pas (plus). Or je suis d’humeur à conquérir la planète !

 

Écrit par Tamara Writes dans Littérature étrangère | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : deborah eisenberg, points, new-york, etats-unis, nouvelles, société, portraits |

vendredi, 30 septembre 2011

Les Mystères de Paris – Eugène Sue

eugène sue,gallimard,paris,destins,passions,complots,xixème siècle,histoireS’il ne m’est pas souvent arrivé de ne pas terminer un livre, même si sa lecture me coûtait (question d’orgueil mal placé probablement, quoiqu’il n’y ait plus d’orgueil qui tienne après quatre-vingt pages de descriptions dans La Peau de chagrin), je n’avais encore jamais abandonné une histoire que je trouve fascinante. C’est pourtant ce que j’ai fait avec Les Mystères de Paris, ancêtre du roman-feuilleton. Malgré un récit prenant et rocambolesque, fourmillant de personnages hauts en couleurs dans le Paris glauque à souhait de 1838, j’ai déclaré forfait. Et je crois que la principale raison de ce (très) lâche abandon réside dans les 1300 pages (grand format et petits caractères) que compte le livre… Il aurait fallu que j’y consacre les trois prochains mois, et cette perspective ne m’enchantait pas tant les livres que j’ai envie de lire sont nombreux. S’y ajoute une langue et un style qui ont beaucoup vieilli, requérant une attention soutenue, ce qui s’accommode mal de mes envies de légèretés estivales. Et en plus, le format du livre déformait mon sac ! Pour autant, j’y reviendrai très certainement.

Je rapporte tout de même ici des propos de Théophile Gautier que je n’ai aucune peine à croire. Il disait en effet que « […] Des malades ont attendu pour mourir la fin des Mystères de Paris ; le magique La suite à demain les entraînait de jour en jour, et la mort comprenait qu’ils ne seraient pas tranquilles dans l’autre monde s’ils ne connaissaient le dénouement de cette bizarre épopée ».

mercredi, 28 septembre 2011

Le ventre de maman - Sophie Lebot

Ventre de maman Sophie Lebot.gifOn m'avait parlé du Ventre de maman quand j'étais enceinte de mon second fils. Je cherchais un moyen de préparer mon aîné à l'arrivée de son frère...

Au départ, l'histoire de ce garçon qui s'inquiète parce que ça maman devient bizarre et grosse ("elle a avalé un ballon, c'est sûr !") l'avait laissé indifférent. Pire, il m'évitait dès que je voulais la lui lire (il me voyait venir, avec mes gros sabots). 

Et puis un jour, il y a eu le déclic. Tous les jours il fallait que je lui lise, il allait le chercher tout seul. Aujourd'hui encore, alors qu'ils ont 4 et 2 ans, il me le demande régulièrement.

Il faut dire que Le ventre de maman met le doigt sur les incompréhensions ("mais pourquoi tout le monde trouve normal ce qui arrive à maman ?"), les pulsions ("j'ai voulu dégonfler le ventre de maman avec mon épée de bois, mais elle était fâchée"), et les besoins de se rassurer ("maman m'a dit que son cœur grossissait en même temps que son ventre").

Je suis très contente d'avoir Le ventre de maman sous la main pour désamorcer les jalousies inévitables qui pointent leur nez de temps en temps. Parce que comme il est écrit à la dernière page, "c'est chouette d'avoir un p'tit frère".

Vous avez aimé ce livre ? Alors vous aimerez Grosse Colère !

Écrit par Tamara Writes dans Littérature jeunesse | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : sophie lebot, lito, jalousie, éducation, grossesse, enceinte, petit frère |

lundi, 26 septembre 2011

Le Goût des pépins de pomme - Katharina Hagena

Gout-des-pepins-de-pomme.jpgUn très joli livre sur la puissance du souvenir.

Quand Iris hérite de la maison de sa grand-mère, elle ne songe d'abord pas à la garder. Mais la maison de Bertha est à elle seule une énorme madeleine de Proust. A chaque porte, chaque robe, chaque pommier, Iris retrouve un peu de la vie d'antan. Sa grand-mère Bertha, sa mère et ses tantes, sa cousine, son amie et elle, ont empli la maison et son jardin de leurs rires, de leurs rêves et de leurs secrets. Des générations de femmes qui ne se comprennent plus aujourd'hui.

Iris plonge dans ses souvenirs à corps perdu, sans réaliser ce qui l'attend. Elle tente de remonter le fil de son histoire et elle découvre les tabous et les non-dits qui la jalonnent. Car Le Goût des pépins de pomme est aussi un livre sur l'oubli, celui de la maladie et celui que l'on s'impose, parce que la vérité est trop dure ou pas assez convenable.

Chaque page de ce livre est imprégnée de senteurs (pommes boscop ou cox orange, baies, lupins, romarin...) et ce coin de campagne dans l'Allemagne du Nord est si charmant qu'il me réconcilie avec les souvenirs que j'en avais. L'auteure (qui a les connaissances d'un herboriste, ou du moins d'un jardinier), ne nous épargne en effet aucune plante, aucune essence d'arbre, de mousse ou de fleur. 

C'est un livre à lire si possible dans une maison de famille ! C'est ce que j'ai fait, et je pense que mon plaisir en a été décuplé.

Si vous aimez ce livre, vous aimerez aussi Le Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates de Mary Ann Shaffer et Annie Barrows.

Écrit par Tamara Writes dans Littérature étrangère | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : katharina hagena, Éditions anne carrière, famille, maison, souvenir, enfance, mémoire |

vendredi, 23 septembre 2011

Lipstick Jungle - Candace Bushnell

Livre de poche, Candace Bushnell, femme, pouvoir, argent, amourDu fin fond de ma campagne vendéenne, alors que ma seule préoccupation était de savoir si le temps me permettrait d’aller à la plage, j’ai lu Lipstick Jungle

J’étais en vacances, je voulais une lecture facile… ça a été le cas. Le style de Candace Bushnell est efficace, on tourne les pages sans aucune difficulté.

Mais bon… Je n’ai pas du tout accroché avec l’intrigue : en gros, la vie de Nico, Wendy et Victory, trois new-yorkaises parmi les 50 femmes les plus puissantes de New-York. Et les pauvres chéries sont tellement riches que ça en devient difficile avec les hommes… Wendy a un mari trop intéressé. Victory trouve un mec plus fortuné qu’elle, et vous comprendrez bien que c’est compliqué à gérer. Nico a un jeune amant, ce qui lui pose des problèmes existentiels (tromper c’est vraiment pas bien, surtout avec plus jeune que soi). Un questionnement moral qu’elle n’a plus du tout dès qu’il s’agit de travail, puisqu’elle écrase tout ce qui bouge (surtout des hommes) pour pouvoir gravir les échelons.

Loin de moi l’idée de remettre en cause le « girl power » mais j’ai trouvé ça cliché et superficiel. Je suis vraiment passée à coté de ce roman. Ces histoires de nanas quadragénaires m’ont vite saoulée, presque irritée. Comme quoi, en vacances, la « chick lit » n’est pas forcément une valeur sûre.

Écrit par Tamara Writes dans Chick Lit', Littérature étrangère | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : livre de poche, candace bushnell, femme, pouvoir, argent, amour, new-york |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu