Avertir le modérateur

mercredi, 20 juillet 2011

Les Lectrices et le Bac français

notes-bac-francais.jpgParce que la lectrice est un tant soit peu instruite, elle a été au lycée (plus ou moins assidûment) où elle a appris le français. Mais parce que le goût de la lecture s'apprend et se travaille, elle n'a pas lu Kant en CM2. N'étant évidemment pas scientifique (le ciel nous en préserve !), elle est plutôt littéraire et a  donc subi l'angoisse du bac français qui, avec son coefficient 56, donne une bonne indication de ce à quoi elle pourra prétendre au bac-tout-court d'abord, et dans la vie ensuite (en tout cas d'après ses parents)... Retour sur le meilleur, mais surtout le pire, de nos bac français :

- Marie-Adélaïde : le bac français, c'est un peu l'échec de ma vie, la désillusion. De 1ère de la classe à l'oral et à l'écrit, je suis passée bonne dernière le jour J. Aïe ! J'avais eu un poème de Baudelaire à l'oral (A une passante) et une dissertation sur Electre à l'écrit. Et pourtant j'aime la poésie, et pourtant je suis helléniste. Comme tout souvenir douloureux, mon cerveau l'a enfoui dans les tréfonds de ma mémoire (jusqu'à aujourd'hui, merci les filles !!). Mais par contre, j'avoue avoir un souvenir intacte du physique de mon examinatrice (sosie de Mireille Dumas), alors si je la croise dans la rue...

lagardeetmichard.jpg- Mélanie : traumatisée par les auteurs classiques dès la sixième, je n'ai jamais réussi à finir un roman de Balzac (La peau de chagrin représentant la quintessence de ma haine - déclinante - du clacissisme littéraire) et je n'ai jamais lu Zola ou Stendhal, pourtant réputés abordables, sans parler, évidemment, de Corneille ou de Racine. C'est donc avec l'angoisse chevillée au corps que je suis arrivée devant l'examinateur à mon oral du bac français, pour lui présenter une liste d'un million de textes que je n'avais quasiment pas lus... Hantise suprême : ce poème incompréhensible (par moi en tout cas) de Mallarmé dont je me rappelle, plus de 15 ans après, ces deux vers qui n'ont toujours aucun sens : "Ses purs ongles très hauts dédiant leur onyx" et "Abolis bibelots d'inanité sonore"... Une histoire de sphinx et de résurrection paraît-il... Anyway, j'ai passablement sauvé les meubles avec un extrait du Misanthrope, ce qui m'a valu un médiocre 11, lequel ne m'a que très peu aidée face à ma dissert' de philo (coefficient 157...) en terminale. Mais ça c'est une autre histoire.

- Noémie : je n'ai pas un mauvais souvenir du bac de français... je ne me rappelle pas de mes notes, juste qu'elles n'étaient pas trop pourries (mon plus gros échec a été l'année suivante un 8/20 en éco coeff 9 ;-)) ! Je ne me souviens absolument pas du sujet à l'écrit (sauf que j'ai forcément pris le commentaire composé car j'étais nulle en dissertation), par contre, à l'oral j'ai été interrogée sur La chevelure des Fleurs du mal de Baudelaire. Et Baudelaire était pour moi assez subversif pour que je puisse m'y intéresser, ça s'est donc plutôt bien passé !

- Tamara : comme Marie-Adélaïde, le bac français symbolise le premier échec de ma vie : 14 à l'oral (peut mieux faire) et 7 à l'écrit (jamais je n'étais descendue en-dessous de 13)... Cette épreuve m'a condamnée à me présenter au bac avec 1 point de retard. Honte suprême, déshonneur sans égal... Mon subconscient s'est chargé de vider mon esprit du moindre souvenir relatif à cette déception.

Et vous, quels sujets et textes aviez-vous eus ?

Écrit par Tamara Writes dans Nos vies de Lectrices | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : bac français, examen, baccalauréat |

lundi, 18 juillet 2011

Lectures de notre enfance - Grands contes célèbres

IMG_0569.JPGPour vous accompagner pendant l'été (repos ? déconnection ? voyage ?) nous mettons entre parenthèses nos publications habituelles et vous proposons une jolie série sur les lectures qui ont marqué notre enfance.

Ainsi, chacune à notre tour, nous allons vous parler brièvement de ces livres qui nous ont donné le goût de la lecture.

Je commence avec un grand classique, mais non moins remarquable par la qualité de ses illustrations (qui ont beaucoup fait pour mon imaginaire !) : Grands contes célèbres aux éditions Nathan, illustrés par Annie-Claude Martin (1987).

On y retrouve une sélection de 9 contes des frères Grimm, de Perrault ou d'Andersen.

La magie est intacte. J'ai découvert La Belle et la bêteLe Chat bottéCendrillonRiquet à la houppe ou encore La Princesse sur un petit pois dans cette édition que je conserve précieusement dans ma bibliothèque en attendant d'en faire profiter mes enfants... Il est d'ailleurs grand temps que je les y initie !

Pour le plaisir des yeux et de l'esprit, voici un extrait des illustrations de cette édition (à gauche La Princesse sur un petit pois et à droite, Le Chat botté) :

IMG_0570.JPGIMG_0572.JPG

vendredi, 15 juillet 2011

Moonlight Mile – Dennis Lehane

Moonlight Mile.jpgPardonnez ma grossièreté mais putain ! Presque dix ans que j’attendais le retour du duo de détectives Kenzie-Gennaro, précisément depuis que j’ai refermé Un dernier verre avant la guerre (top 3 des meilleurs polars I have ever read, et le plus réussi – selon moi – des aventures de ce duo de détectives privés qui opère dans les noirceurs du Boston d’aujourd’hui…). Certes, dans l’intervalle, je me suis délectée de Shutter Island ou Mystic River, absolument incroyables, mais auxquels manquait le sel de cette équipe de choc. C’est donc avec une impatience incontrôlable que j’ai attaqué Moonlight Mile. Comme quoi, il faut toujours se contrôler… Autant dire que la déception est sévère.

Alors oui, le tandem Kenzie-Gennaro est toujours là mais, embourgeoisé et désabusé après avoir enfanté, il est devenu lisse, prévisible et moralisateur. Déception numéro 1.

Si j’étais prête à pardonner à l’auteur la ferveur vieillissante de Pat et Angie, c’est parce que j’étais certaine de trouver dans leurs nouvelles aventures le génie de l’intrigue et le talent de conteur qui caractérisent Dennis Lehane. Mais, là aussi, si l’on retrouve bien le « style Lehane », il ne sert ici qu’une histoire inaboutie de disparition et peu crédible de mafia russe, dont l’épilogue confine au grotesque, de surcroît mâtiné de précipitation. Déception numéro 2.

L’addition de ces deux déceptions donne un livre que j’aurais préféré ne pas lire, afin que Dennis Lehane reste à mes yeux l’un des plus grands auteurs de polars de ces vingt dernières années. Avec le recul, peut-être que le fait que Moonlight Mile soit la suite de Gone baby gone, qui est loin d’être le meilleur opus des enquêtes de Patrick Kenzie et Angela Gennaro, aurait dû m’alerter…

Écrit par Tamara Writes dans Littérature étrangère, Thriller | Lien permanent | Commentaires (5) | Tags : dennis lehane, rivages, thriller, mafia, enquête, enlèvement |

mercredi, 13 juillet 2011

Alors, cet After Work, c'était comment ?

Un vrai plaisir ! (oh que oui)

Nos jolis talons étaient de sortie (n'est ce pas Mélanie) pour vous accueillir jeudi dernier au Yono. Mettre enfin un visage derrière vos noms ou pseudos, quelle joie !

C'était aussi pour nous l'occasion de vous montrer nos 4 frimousses, badgées comme il se devait.

photo_billet_after_work_1.png
Marie-Adélaïde, Mélanie, Noémie et Tamara.

Mais aussi de :

-   Marie-Adélaïde : mettre en œuvre mes compétences de GO, avec option Arts plastiques (oh mais quel beau flyer ! mais quel beau logo !)  

-  Tamara :
jouer les inspectrices des travaux finis et constater que les tomates cerises ont plus de succès que les bonbons !

-   Mélanie : d'une part, de persister avec mes Converses-and-the-city, mais blanches pour faire ressortir mon bronzage et d'autre part, de mettre ENFIN un visage sur des noms qui n'avaient jusqu'alors que la forme de photos volées sur Facebook...

Noémie : d'admirer les talents d'infographiste de Marie-Adélaïde, les chaussures de Tamara, le bronzage de Mélanie (ggrrrr je suis jalouse) et d'enfin pourvoir mettre un visage sur des noms !

 

logo_pour_le_billet_after_work.png

Le buffet bonbons a été dévasté (je maintiens ! Pour une veille de vacances en maillots, quel succès pour les sucreries :D), et l'Open bar de livres vidé. Opération à répéter. D'ailleurs la prochaine fois, nous vous proposerons d'arriver chacun avec un livre à échanger.

Belle affluence de blogueurs littéraires ou professionnels du livre, avec (sans ordre d'importance) : Livre de Poche, La Bouquineuse boulimique, Les Hommes littéraires, Willem Heremans, Readpocket, Babelio... mais aussi Paris secret, La souris grise, Petits écrans, MediasportsPromenade d'une fleur urbaine, Happy Fannie... Et puis bien sûr des lecteurs non blogueurs, et nos amis fidèles supporters de cette aventure. Je pense spécialement à l'équipe de Waïèmeciay, venue en nombre !

Merci à tous d'avoir répondu présents. Et pour ceux qui n'ont pu se déplacer pour cette première édition, rendez-vous à l'automne prochain !

Et oui, on pense déjà à fêter nos 1 an en novembre...

Les PHOTOS sont visibles ici : Page Facebook des Lectrices and the City

Écrit par Tamara Writes dans Nos vies de Lectrices | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : after work, soirée, blogs, rencontre |

lundi, 11 juillet 2011

Bobos de merde - Benoît Daragon et Bixente Barnetche

bobo-409x600.jpgBobos de merde c'est à l'origine un chouette blog créé par Benoît Daragon et Bixente Barnetche. Une éditrice bien inspirée leur a permis d'en faire un livre et j'avoue que c'est plutôt une réussite.

Le récit alterne les points de vue de Benoît, journaliste parisien bobo de souche et Bixente, bobo en devenir, tout juste arrivé de la côte basque. La chronique de leurs vies parisiennes permet une sorte d'étude sociologique des « bohèmes bourgeois ». Tout y passe, les bobos et la culture (vive Technikart et Benjamin Biolay), la politique (écolos mais pas trop), la mode (The Kooples et le vintage )... C'est forcément par moments un peu cliché, mais c'est souvent bien vu !

J'ai commencé la lecture en me disant que j'allais bien rire sur le dos de ces nouveaux yuppies, parce que vous vous en doutez bien, je ne suis pas du tout une bobo. Mais avec mon panier bio hebdo, mon abonnement vélib, mon intérêt pour les vernissages de toutes sortes... J'ai eu comme un doute...

A emporter dans votre valise, ça fera un excellent roman de vacances.

Écrit par Tamara Writes dans Littérature française | Lien permanent | Commentaires (7) | Tags : bobos, éditions privé, paris, blog |

vendredi, 08 juillet 2011

Le Top 4 du mois de juin 2011

lendemain de fete.jpg
A peine remises de notre After Work d'hier (merci à tous, c'était top !! Photos bientôt disponibles...), nous revoici au boulot pour vous présenter notre top 4 du mois.

Grand écart une fois de plus avec un mix de classique, de prix Nobel, de bédénovela et de premier roman. A vous de jouer :

 

Tamara

Les Autres gens - Thomas Cadène

 

Marie-Adélaïde

La Vie commence à 20h10 - Thomas Raphaël

 

Noémie

William & Mary suivi de Gelée Royale - Roald Dahl

 

Mélanie

Tours et détours de la vilaine fille - Mario Vargas Llosa

 

Maintenant, préparons nos lectures de vacances... (J - très bientôt). Des suggestions ?

 

Écrit par Tamara Writes dans 1, 2, 3, 4 : Coups de coeur ! | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : top, best of, thomas cadène, thomas raphaël, roald dahl, mario vargas llosa |

mercredi, 06 juillet 2011

Rappel : l'After Work c'est demain soir

After work teaser.jpg

 

Lectrices and the City on the rock !


N'oubliez pas, demain 7 juillet à 20h au Yono (37 rue vieille du Temple, 75004), notre rencontre "IRL" (in real life).


On vous attend !

 

RSVP ici : AFTER WORK LECTRICES AND THE CITY

Pour mémoire, voici l'invitation initiale.

Écrit par Tamara Writes dans Nos vies de Lectrices | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : after work, irl, rencontre, lectrices, soirée |

lundi, 04 juillet 2011

Facebook m'a tuer - Alexandre des Isnards et Thomas Zuber

Facebook.gif"Parce qu'il n'y a rien à cacher, parce que tout le monde le fait".

Facebook est entré dans nos vies et en a transformé les codes. Il en va de même avec tous les outils et applis qui nous connectent les uns aux autres en permanence, nous poussent à la transparence et modifient en profondeur notre rapport à l'autre, y compris dans la sphère intime. 

Dans ce livre, les auteurs ont rassemblé les témoignages de leurs proches ainsi que leurs propres anecdotes. Ils nous livrent un recueil de saynètes dans lesquelles vous risquez (malheureusement ?) parfois de vous reconnaître ou de reconnaître vos amis...

Les voyages, les relations amoureuses, la naissance d'un enfant, l'organisation d'une fête, la recherche d'un job, boire un café... plus rien ne se fait, ne se partage comme il y a 10 ans. 

J'ai ri, parfois franchement, parfois un peu jaune. Il faut dire que ce que certaines histoires révèlent de l'évolution de nos rapports n'est pas très glorieux. Mais c'est la vie !

Facebook m'a tuer est un livre divertissant que je suis contente que l'on m'ait prêté, je l'ai lu lors d'un trajet en avion, 1h30, c'était l'idéal.

On m'a dit que le premier opus L'open space m'a tuer était encore plus cruel. Je vais essayer de me le procurer...

Écrit par Tamara Writes dans Humour, Médias, Nouvelles | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : éditions nil, nil, facebook, meetic, social media, alexandre des isnards, thomas zuber |

vendredi, 01 juillet 2011

Le Diable vit à Notting Hill – Rachel Johnson

Le diable vit à Notting Hill.jpgJ’ai croisé il y a quelques jours un fervent lecteur de ce blog. Entre autres remarques, il a relevé que nos critiques étaient toujours positives. J’ai répondu que nous lisions uniquement des livres choisis avec soin et qui, par conséquent, correspondaient à nos goûts respectifs. Il arrive cependant que l’une ou l’autre soit déçue par un ouvrage qui n’a pas tenu ses promesses. C’est mon cas avec le livre de Rachel Johnson, Le Diable vit à Notting Hill.

Pour commencer, la traduction française du titre m’a mise sur une fausse piste. Comme dans Le Diable s’habille en Prada, on plonge en effet dans un univers luxueux et élitiste. Mais la comparaison s’arrête là. A Notting Hill, le lecteur est témoin du quotidien et des petites mesquineries des habitants fortunés d’un square privé de ce quartier huppé de Londres. Or, la vie secrète des riches est finalement un ressort vu et revu (à la TV, au cinéma) et lu et relu (dans la presse ou en librairie). L’effet de surprise se trouve donc édulcoré.

En outre, le style trop convenu ne suffit pas à compenser la faiblesse du fond. Si bien qu’en dehors du plaisir que j’ai eu à me remémorer les souvenirs de ce quartier où j’ai passé de nombreux et agréables moments, j’ai trouvé que l’ensemble manquait d’originalité.

Écrit par Tamara Writes dans Littérature étrangère | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : rachel johnson, le livre de poche, londres, argent, amour, secrets, notting hill |

mercredi, 29 juin 2011

After Work avec les Lectrices and the City

After_Work_Lectrices_and_the_City.png
Des mois d'échanges "URL" nous donnent envie de vous rencontrer "IRL" (in real life).

Venez nous rencontrer toutes les 4 autour d'un verre !

Rendez-vous le jeudi 7 juillet au bar Le Yono, 37 rue vieille du Temple à Paris (75004). Confirmez votre venue sur la page de l'évènement ici : AFTER WORK LECTRICES AND THE CITY

 

On parlera de livres...

Nous apporterons des livres que nous avons déjà lus et que vous pourrez emporter avec vous. Parce que lire, c'est transmettre après tout !

 

...mais pas seulement !

Happy hour prolongée rien que pour nous jusqu'à 21h.

Chacun paie sa conso, mais on apporte les bonbons. Oui quand même. On est comme ça, nous

La SALLE EN HAUT nous est réservée.

 

A jeudi ?

 

Écrit par Tamara Writes dans Challenges, concours & Tags, Nos vies de Lectrices | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : after work, irl, lectrices, soirée, rencontre, facebook, le yono |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu