Avertir le modérateur

mercredi, 12 janvier 2011

Le cimetière des poupées - Mazarine Pingeot

pingeot-cimetiere.jpgDès les premières lignes le malaise s'installe. Une femme écrit sa douleur, et elle a l'air si folle que j'ai peur d'elle. Elle raconte son mal-être et elle râle, mais je ne veux pas l'écouter.

C'est à la quinzième page que le déclic a eu lieu, je me suis subitement rendue compte qu'il s'agissait du livre que Mazarine Pingeot avait écrit au sujet d'une infanticide. J'avais entendu parler du livre au moment où l'affaire des "bébés congelés" est sortie. Et puis je l'avais oublié. On a dit à l'époque qu'elle s'était directement inspirée du cas de Véronique C. On m'a prêté ce livre sans me le préciser...

Je n'ai pas pu poursuivre, cela m'est physiquement impossible. Je ne veux pas rentrer dans le tête d'une telle femme. Je suis maman et cette histoire m'épouvante.

Qui a pu aller au bout de ce livre ? Ai-je tort d'abandonner ?

 

Écrit par Marie-Adélaïde Gervis dans Littérature française | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : mazarine pingeot, julliard, meurtre, infanticide, famille, criminalité, prison, véronique courjault |

vendredi, 15 octobre 2010

Cantique de la racaille - Vincent Ravalec

Cantique-de-la-racaille.jpgSouvent, c'est en lisant des articles sur la parution de la suite d'un roman, que j'apprends qu'il existe un premier tome. C'est le cas de Cantique de la Racaille, un titre que j'ai découvert au moment de la sortie de l'Opus 2.

Au premier abord, Gaston, le héros, ne correspond pas vraiment à mon type d'homme. Magouilleur de bas étage, il vit de petits délits, travaille pour des criminels plus ou moins gros, et fréquente une ribambelle de laissés-pour-compte, en marge de la société. Marie-Pierre, sa compagne, est "canon", mais mineure : il l'a prise en stop au bord d'une route de campagne, un soir de pluie.

Et puis finalement, même si Gaston n'est pas né avec une cuillère en argent dans la bouche, et même si sa morale semble parfois douteuse, il porte en lui une rage de réussir qui force l'admiration. On se prend d'affection pour le personnage au grand coeur, on loue son ambition. Et on croise les doigts pour qu'il s'en sorte enfin, bien que son affaire soit loin d'être légale...

C'est ainsi que l'on se réjouit de son ascension sociale fulgurante. En seulement douze mois. Mais, ne dit-on pas que la patience est le courage de la vertu, ou encore, la meilleure des sagesses ? Et à trop fricoter avec les méchants, on se crée des ennemis...

Écrit par Tamara Writes dans Littérature française | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : vincent ravalec, racaille, magouilles, paris, criminalité, flamamarion |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu