Avertir le modérateur

lundi, 15 août 2011

Lectures de notre adolescence- La Bicyclette bleue de Régine Déforges

Pour la jeune fille que j'étais, La Bicyclette bleue symbolisait le summum de la littérature érotique (et oui, il en faut peu pour émoustiller une innocente). Je rêvais d'épouser un homme aussi viril que François Tavernier, tout en enviant la sensualité de Léa et son appétit pour la chair (tout mon contraire). Inutile de dire que j'ai lu tous les tomes de cette saga de Régine Déforges.

LA BICYCLETTE BLEUE FAYARD.gif

Écrit par Tamara Writes dans Littérature française | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : régine déforges, fayard, guerre, amour, passion, famille |

vendredi, 13 mai 2011

La Reine des Lectrices - Alan Bennett

LA REINE DES LECTRICES.jpgEt non ! Il ne s’agit ni d’un concours organisé par nos soins, ni même d’un ouvrage écrit par l’une d’entre nous. La Reine des lectrices fait humblement référence à… Sa Majesté Royale la Reine Elizabeth II !

J’ai lu ce petit ouvrage au cours de la semaine qui a précédé le mariage de William et Catherine, donc autant vous dire que j’ai vraiment eu le sentiment de vivre aux côté de la famille royale d’Angleterre.

Sur les écrans comme dans la presse, j’ai dévoré tout ce qui se rapportait aux préparatifs (sans compter la cérémonie). Dans mon sac à main, je me promenais partout avec ce livre qui nous révèle le plus gros scoop de tous les temps : Sa Majesté est devenue tellement accro à la lecture qu’elle se lasse peu à peu de ses fonctions officielles. Le plus drôle : la reine doit se cacher pour lire, car son entourage au grand complet (Premier ministre y compris), voit d’un très mauvais œil cette vilaine manie.

Bravo à Alan Bennett pour avoir osé écrire un livre qui prétend que la lecture est une mauvaise habitude. Félicitations, pour avoir choisi la Reine comme auteur de cette pratique honteuse. Et surtout, chapeau pour cette chute aussi inattendue que bien amenée.

En conclusion : God Save the Books!

vendredi, 26 novembre 2010

La Princesse de Montpensier - Madame de La Fayette

la princesse montpensier - madame de lafayette.jpgAyant décidé qu’il valait mieux lire Madame de La Fayette plutôt que d’aller voir le film de Bertrand Tavernier, j’ai choisi La Princesse de Montpensier sans hésitation dans les rayons du Relay de la Gare du Nord. Quelle ne fût pas ma surprise en découvrant que ce classique est en fait une nouvelle de quelques pages.

Une fois installée dans le train, j’attaque la lecture de ce que j’imaginais être un roman à l’eau de rose, à la mode du 17ème siècle. Là encore, Madame de La Fayette me prend de court. Pas d’échange déchirant, ni de cœur palpitant, mais un récit très factuel, à la troisième personne, dans lequel l’auteure respecte une certaine pudeur et marque une certaine distance vis à vis de ses personnages.

Ainsi, bien qu’il soit clairement établi que la beauté de la Princesse de Montpensier cause des ravages (tous les hommes de la cour l’admirent, trois se consument de passion pour elle), on ne trouve nulle description physique de cette femme fatale, ni de retranscription larmoyante des échanges entre amants. Non, rien de tout cela ne paraît. On referme cependant le livre avec le sentiment que les conventions, la bienséance et la pression sociale entraînent une violence qui aurait pu être maîtrisée. Hier, comme aujourd’hui…

Écrit par Tamara Writes dans Littérature classique, Nouvelles | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : madame de la fayette, pocket, passion, amour, sentiments |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu