Avertir le modérateur

lundi, 28 novembre 2011

Le Grand prix des blogueuses ELLE 2011 en poèmes et en chansons J-4

Maintenant ce billet est disponible sur la nouvelle adresse du blog : http://www.lectricesandthecity.fr/grand-prix-des-blogueus...

victor hugo, pastiche, blog, poésie, grand prix des blogueuses elle


mercredi, 01 juin 2011

Le Top 3 (!) du mois de mai 2011

top mai 2011 bis.png

Un Top inhabituel, puisqu'en raison de son mariage et de son voyage de noces, Mélanie n'a écrit aucun billet ce mois-ci ! Ce qui ne veut pas dire qu'elle n'a rien lu, bien sûr (on reste une Lectrices and the City, même au bout du monde...).

 

Voici donc un Top 3 assez fun (y en a qui bossent tout de même !), et... un poème de Mélanie (et oui) :

 

Tamara

Mini-Accro du shopping - Sophie Kinsella

 

Marie-Adélaïde

90 livres cultes à l'usage des personnes pressées - Henrik Lange

 

Noémie

Tokyo Sanpo - Florent Chavouet

 

Mélanie

Etant partie au bout du monde avec celui qu'il convient désormais d'appeler mon mari

Je ne peux livrer ici de récit

Ceci dit la lecture de Voici me permet de raconter ceci :

"Après plusieurs incartades, c'est en prison que se trouve Samy Nacéri

Devant le monde entier Justin Bieber a montré son kiki

Il parait que d'anciens ministres ont versé dans la pédophilie

Loana a du mal à maigrir, même à Miami..."

Au vu de tout cela, je jure que le mois prochain j'aurai des histoires, promis !

___

Voici fait, sur le blog, son entrée, qui l'eût cru ?

Gageons que juin sera fait d'un tout autre cru :

Plus de littérature et moins d'échos si crus !

 

(Oula, voilà que je fais des rimes aussi, Mélanie, sors de ce corps !)

lundi, 14 mars 2011

Anaïs - Michael Collado

anais.jpgJ'ai dégusté ce roman comme un dessert, en savourant chaque page, en faisant des petites pauses.

La quatrième de couverture m'avait pourtant un peu effrayée. Elle annonce l'histoire d'une fille mère indifférente à son fils, maîtresse effacée d'un homme très âgé, une femme trop belle et trop fière qui traverse la seconde moitié du XXème siècle avec mélancolie.

Mais j'ai fait confiance à la jaquette, que je trouve si jolie, si poétique. Et j'ai eu raison. Ce roman est une merveille de sensibilité. Le style de Michael Collado m'a séduite au-delà de mes espérances. Il est cruel mais apaisé, doux mais jamais suave, et surtout, surtout, il est remarquablement écrit. J'ai d'ailleurs retrouvé le goût de lire et relire des phrases, juste pour le plaisir...

L'histoire d'Anaïs, que l'on suit de sa naissance à sa mort, est présentée par petites touches, moment par moment, et j'ai eu le sentiment d'entrer un peu par hasard dans son intimité. On la découvre au fur et à mesure que des acteurs de sa vie nous parlent d'elle, lui écrivent, ou qu'elle-même écrive. De petite fille à femme, elle se dévoile, égoïste, attendrissante, perdue peut-être, mais toujours aimée, désirée, choyée.

Avec elle, on traverse les décennies dans le Paris des librairies et des galeries rue de Seine, on assiste aux veillées des morts de sa famille, on danse dans les bals d'été à Saint-Elme... On la suit sans la juger, jamais.

A présent, il ne me reste plus qu'à lire Saint-John Perse, dont la poésie sous-tend le roman de la première à la dernière page.

Écrit par Tamara Writes dans Littérature française | Lien permanent | Commentaires (10) | Tags : michael collado, l'editeur, roman initiatique, poésie, enfance, jeunesse, femme |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu