Avertir le modérateur

vendredi, 06 janvier 2012

Transat - Aude Picault

Transat aude picault.jpgCe billet est désormais disponible sur la nouvelle adresse du blog : http://www.lectricesandthecity.fr/transat-aude-picault/

Écrit par Marie-Adélaïde Gervis dans BD, Humour, Voyage & Tourisme | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : aude picault, delcourt, album illustré, transat, voilier, voyage, île, atlantique |

lundi, 19 septembre 2011

L’Appartement témoin – Tatiana de Rosnay

Appartement Témoin Tatiana de Rosnay.jpgQuelques semaines après les impressions de Marie-Adélaïde sur Rose, j'ai terminé la lecture d'un autre roman de Tatiana de Rosnay, L’Appartement témoin. Ce livre m’a laissé un sentiment étrange.

Il ne s’agit pas d’un roman fantastique et pourtant, il est question de fantômes. Mais pas tout à fait non plus… Le héros est tantôt narrateur, tantôt décrit à la troisième personne du singulier… Et la fin est si inattendue, que l’on se demande si toute cette histoire est réelle.

Qui est l’auteur ? Qui est le narrateur ? Tatiana de Rosnay nous emporte au rythme de Mozart pour mieux nous perdre dans les tourments d’un quinquagénaire divorcé, père d’une jeune femme d’une vingtaine d’années. De Paris à New-York, en passant par Londres, la campagne anglaise, puis Venise, on se demande comment le simple fait d’emménager dans l’appartement témoin d’un immeuble neuf puisse autant inviter au voyage. J’ai été emportée par ce tourbillon, mais la fin m’a laissée une profonde frustration, car je n’ai pas eu la réponse que je cherchais avec tant d’avidité.

Écrit par Tamara Writes dans Littérature française | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : tatiana de rosnay, j’ai lu, divorce, amour, fantôme, mozart, voyage, quête, paris |

lundi, 08 août 2011

Lectures de notre enfance - Un jour de bonheur de Pearl Buck, illustré par Marcel Marlier

Pearl Buck, Marcel Marlier, Casterman, enfance, voyage,Japon Après avoir réfléchi, si je ne devais retenir qu’un seul ouvrage de mes années d’école primaire, alors je choisis Un jour de bonheur. Ce livre est mon prix de fin de d’année de CE1, c’est la maîtresse Madame Gars, qui me l’a donné. Il raconte l’histoire de deux petites filles qui embarquent avec leur maman dans un bateau à destination… du Japon (et oui, première édition en 1960 !). Elles s’appellent Jane et Nora, et l’une est aussi calme et brune que l’autre est turbulente et blonde. Arrivées à destination, elles rencontrent un vieux Monsieur qui va leur faire découvrir les merveilles du Japon.

C’est en ressortant ce livre (que j’ai précieusement conservé) que j’ai compris pourquoi il me plaisait tant… L’illustrateur n’est autre que Marcel Marlier, le « papa » de Martine ! Et comme je l’expliquais il y a quelques jours, Martine est si belle qu’elle était une véritable icône à mes yeux… Ce livre me fait également penser très fort à mon père qui, pour m’aider dans mes premiers pas de lectrice, a lu un chapitre avec moi tous les matins de l’été 1984 !

J’ajouterai enfin que ce n’est que tout récemment que j’ai découvert que l’auteure, Pearl Buck, a été la première femme à se voir décerner le Prix Pulitzer en 1932 et qu’elle a aussi reçu le Prix Nobel de littérature en 1938.

Écrit par Mélanie dans Littérature jeunesse | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : pearl buck, marcel marlier, casterman, enfance, voyage, japon |

vendredi, 20 mai 2011

Tokyo Sanpo - Florent Chavouet

tokyo-sanpo-florent-chavouet.jpgJ'ai des envies de voyages que je ne peux pas forcément assouvir ces temps-ci. Ceci, pour expliquer mes lectures du moment et notamment Tokyo Sanpo, qui m'a permis de m'évader à moindre frais. Ici, vous l'aurez compris, il s'agit de Tokyo. L'auteur, Florent Chavouet, y a suivi sa copine partie 6 mois en stage. Touriste malgré lui, il s'est mis à dessiner ce qu'il voyait autour de lui pour passer le temps. Il en a fait ce livre entre l'album, le carnet de voyage et la BD.

Et c'est très chouette ! On se plonge dans sa vie d'expatrié et comme ce type a beaucoup de talent, on peut y passer beaucoup de temps. Il a reproduit les mille détails de son quotidien aux crayons de couleurs. Chaque quartier traversé correspond à un chapitre, avec une carte (mes planches préférées dans l'ouvrage) sur laquelle sont situées les illustrations qui suivent : détails d'architectures, habitants typiques de Tokyo, scènes de rue mais aussi petites histoires comme son passage au commissariat pour « emprunt » de vélo.

C'est beau et plein d'humour, je ne peux que vous le recommander.

En bonus aujourd'hui, un petit poadcast que j'ai trouvé sur France Culture qui donne à entendre les premières pages du livre (c'est vraiment pas mal fait, écoutez !)

Écrit par Noémie dans BD | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : éditions philippe picquier, florent chavouet, tokyo, voyage, japon |

vendredi, 22 avril 2011

Petits suicides entre amis - Arto Paasilinna

Petits suicides.jpgAu-delà du nom de la capitale, Helsinki, je ne connais rien de la Finlande. Découvrir cette nation à travers l’un de ses écrivains se révèle une entrée en matière originale. En particulier lorsque le titre de l’ouvrage, Petits suicides entre amis, laisse présager une histoire des plus loufoques…

Comment ne pas sourire quand un homme d’affaires, fermement résolu à mettre fin à ses jours, voit son dessein compromis par un colonel mis au placard, qui a le culot de vouloir mourir dans la même grange que lui, le même jour et à la même heure que lui ? Comment ne pas éclater de rire lorsque nos deux désespérés anonymes décident de rassembler des suicidaires de tout le pays pour organiser une mort collective haut de gamme ? Et comment ne pas se tordre dans tous les sens quand les membres de l’association qu’ils montent embarquent dans un autocar de tourisme pour une dernière virée rocambolesque à travers l’Europe ?

Ce livre, qui n’a aucune ambition thérapeutique, pointe du doigt les causes du mal-être des protagonistes, afin de proposer une réflexion acerbe sur l’un des maux de notre société. Plutôt que d’enfoncer les personnages dans leur détresse, l’auteur choisit de les accompagner, cherchant tous les prétextes pour ne jamais les laisser seuls. Ainsi, l’absurde et l’autodérision avec lesquels il raconte cette histoire sur le thème du suicide interpellent le lecteur, sans jamais lui faire peur. Une manière intelligente de briser le tabou.

Écrit par Tamara Writes dans Littérature étrangère | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : arto paasilinna, folio, suicide, finlande, finlandais, voyage |

vendredi, 25 février 2011

Hôtel Argentina - Pierre Stasse

Couv_hotelargentina.gifC'est dans le cadre de l'opération « Masse critique » organisée par Babelio que j'ai lu Hôtel Argentina, second roman de Pierre Stasse.

Récit initiatique d'un jeune homme de Paris à Buenos Aires ce livre m'a tout d'abord ennuyée. Pour tout vous dire je me suis même forcée à le finir puisqu'il m'était offert en échange d'une critique sur ce blog... Quand, au 2/3 du livre, l'histoire s'est emballée et m'a enfin tenue en haleine. J'ai alors oublié le style trop appuyé, me suis finalement assez intéressée aux personnages pour avoir envie de connaître le dénouement.

Et puisqu'il s'agit ici d'un blog « d'impressions littéraires » j'avoue que la photographie de l'auteur sur le bandeau de couverture a un peu perturbé mon imaginaire. C'est bête mais j'ai complètement assimilé le personnage principal à cet homme blond au visage fin et délicat or il me semble que ça ne collait pas du tout avec le récit.

Bref, Hôtel Argentina ne sera pas pour moi le roman de l'année, mais il m'aura au moins appris une chose : il est parfois bon de laisser sa chance au texte et de forcer un peu la lecture. On peut avoir de belles surprises.

Écrit par Noémie dans Littérature française | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : flammarion, voyage, argentine, buenos aires, roman initiatique |

lundi, 13 décembre 2010

Bifteck - Martin Provost

bifteck.jpgUne jolie fable au pays des côtelettes et des faux-filets.

Je voulais lire une petite nouvelle sympa, distrayante et surtout, surtout, pas cérébrale (il faut savoir faire des pauses). J'ai été servie.

André Plomeur, né boucher-charcutier comme d'autres naissent notaires, est un garçon un peu gras, un peu quelconque, mais très doué. Très doué pour faire chanter la chair des femmes. Son don un peu particulier fait rapidement la fortune du commerce familial, dans lequel toute la gente féminine quimpéroise se presse et s'affole, un peu comme le Zohan dans son salon de coiffure à New York (d'autant que les hommes manquent en 1915). Sauf que notre amant de génie se retrouve vite à la tête d'une ribambelle de marmots (et oui, les maris sont de retour en 1918...), qu'il va décider d'élever seul, trop heureux de donner de l'amour et un sens à sa vie.

Commence alors une épopée onirique sur terre, en mer et sur une île imaginaire qui vaut le détour. Martin Provost nous livre ici une jolie fable sur le don de soi et j'ai passé un bon moment avec ses héros, mais malheureusement la fin se termine un peu en queue...en tire bouchon.

Écrit par Marie-Adélaïde Gervis dans Littérature française, Nouvelles | Lien permanent | Commentaires (6) | Tags : martin provost, famille, fable, voyage, humour |

vendredi, 12 novembre 2010

Mange prie aime - Elizabeth Gilbert

mange_prie_aime1.jpgUn mois de lecture par intermittence et sans grand plaisir pour terminer ce livre sans grand intérêt.

Je ne me souviens d'ailleurs plus vraiment pourquoi je l'ai acheté. Son statut de bestseller peut-être.

Elizabeth Gilbert, écrivaine trentenaire pétulante et bavarde, nous raconte son année loin de New-York, où elle vient de divorcer douloureusement. Elle a décidé de voyager pour s'apaiser, se retrouver et accessoirement fuir la dépression.

Dans un style brouillon dans lequel on se perd rapidement, "Liz" nous emmène successivement en Italie, où elle ne fait que manger, en Inde où elle ne fait que prier, et à Bali où elle ne fait qu'aimer. On rencontre des personnages pittoresques et attachants (un intellectuel italien, un baroudeur texan, un sorcier balinais, etc.) mais le rythme du voyage nous empêche de nous attarder à mieux les découvrir.

Si cette expérience de quête intérieure est en soi digne d'intérêt, son rendu est malheureusement assez difficile d'accès. L'auteure nous perd, à grands renforts de flash-back et de considérations plus égocentriques que spirituelles.

Je ne retiendrai finalement que trois passages : la description d'une pizza napolitaine à faire saliver (mais où est cette pizzeria ?), son expérience de la transcendance dans un ashram indien (méditation, frissons, visions) et le moment où elle cède enfin au séduisant quinqua brésilien.

Je me demande d'ailleurs si je n'ai pas tenu jusqu'au bout uniquement parce que j'attendais ce charmant personnage masculin.

Les impressions de Tamara : Un long mois... C'est en effet la durée moyenne nécessaire pour venir à bout de cet ouvrage. Alors que je pensais me plonger dans le récit touchant d'une femme qui ose changer de vie, je me suis ennuyée à parcourir le catalogue d'une auteure privilégiée en quête d'inspiration. Bref, le manque d'émotion me lasse profondément.

Écrit par Marie-Adélaïde Gervis dans Littérature étrangère | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : elizabeth gilbert, bestseller, livre de poche, voyage, cinema, julia roberts, javier bardem |

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu